Désirs d'avenir 86000 - Arnaud Fage

Publié le

Une réforme conduite d'une main de fer

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres dénonce une révision constitutionnelle anti-démocratique menée d'une main de fer par Nicolas Sarkozy.

La réforme prive les parlementaires de leur droit d'amendement, donne des pouvoirs encore plus importants à un Sénat qui restera toujours majoritairement à droite et accentue  la mise à l'écart de l'opposition.

Elle explique en vidéo pourquoi le Parti socialiste a eu raison de voter contre :

http://www.desirsdavenir.org/segolene-royal/le-blog/une-reforme-conduite-dune-main-de-fer/23-07-2008

Source : Désirs d'avenir

Les amitiés artificielles

Nicolas Sarkozy a affirmé hier qu'il y avait une grande convergence de vues entre Barack Obama et lui.

Au-delà de la mise en scène, Obama dont l'engagement politique initial fut de tenter d'améliorer le quotidien des habitants des quartiers populaires de Chicago a-t-il vraiment quelque chose en commun avec celui qui prétend vouloir nettoyer au Kärcher les mêmes quartiers populaires en France pour se débarrasser de ce qu'il appelle la « racaille».

Sinon Barack Obama aurait-il décidé de passer deux fois plus de temps en Allemagne et au Royaume-Uni qu'en France, pourtant présidente en exercice de l'Union européenne ? L'idylle fût bien rapide...

Mais pour Nicolas Sarkozy, tout est bon à prendre tant que c'est rentable. Celui qui hier se mettait à genoux devant Georges W.Bush estime aujourd'hui que Barack Obama est son « copain ». Et commet des gaffes qui passent inaperçues. Il a déclaré : « Depuis trois décennies, tous vos ministres des affaires étrangères n'ont pas des noms américains : Madame Albright, Colin Powell, Madame Rice.» Rice ? Powell? Quoi de plus américains que ces patronymes ? Nicolas Sarkozy confondrait-il les noms de famille et la couleur de peau ? Que n'aurait-on entendu si Ségolène Royal avait fait cette gaffe...

 

Pendant ce temps-là, c'est dans le silence le plus total que se ferment les bases militaires. Les communes françaises restent, encore une fois, seules face au désengagement de l' État dans les territoires...

Source : Désirs d'avenir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article