Désirs d'avenir 86000 - Arnaud Fage

Publié le par Arno



Chères amies, chers amis,

Le monde qui vient laisse apparaître d'immenses défis. Circulation folle de l'argent, pauvreté, crise alimentaire, délocalisations sauvages, crise écologique et climatique, conflits et guerres : voici la mondialisation malheureuse, celle qui interroge chaque citoyen, en France et dans le monde.

Mais la mondialisation n'entraîne pas que des désastres. La science, grâce à une recherche sans frontières, a repoussé les limites de la vie et amélioré la santé des humains. Les nouvelles technologies de la communication ont unifié le monde plus vite que des siècles d'exploration maritime. Les investissements se réalisent aux quatre coins de la planète et créent de la richesse. Les accords internationaux organisent peu à peu une communauté juridique et politique mondiale.

Il n'est donc pas trop tard : soit la mondialisation provoque un progrès de civilisation. C'est possible. Soit elle est porteuse de toujours plus de malheurs. C'est possible aussi. C'est de la volonté politique que cela dépendra.

Le Rassemblement de la fraternité et de l'avenir est un évènement citoyen, ouvert à toutes celles et ceux qui veulent bâtir un monde meilleur.

Il se tiendra au Zénith de Paris

le 27 septembre 2008

de 18 à 22 heures

Education, santé, travail, écologie, lutte contre la pauvreté : des responsables d'associations, des syndicalistes, des artistes viendront partager leur vision des enjeux qui nous attendent.

Moment de réflexion collective, le rassemblement sera aussi un évènement festif : des grands noms de la chanson donneront un concert, pour que la joie d'être ensemble et de préparer l'avenir soit plus forte que la gravité de l'époque.

Vous pouvez nous aider à organiser le Rassemblement de la fraternité et de l'avenir, en envoyant vos dons, grâce au formulaire que vous trouverez en pièce jointe (dons plafonnés à 7 500 euros par an et par personne et dzfiscalisés pour 66 %, dans la limite de 20 % du revenu imposable).

Nous espérons vous y voir nombreux.

L'équipe de Ségolène Royal

Pour faire le don, allez sur le lien ci-dessous

http://www.desirsdavenir.org/lassociation/adherer-et-soutenir

Source : Désirs d'avenir

Ségolène Royal, Désirs d'avenir

Pour que vivent nos territoires, le service public postal ne doit pas mourir


Chères amies, chers amis,

Je soutiens la pétition en faveur d’un référendum d’initiative populaire contre la privatisation de la Poste et j’apporte mon soutien à la manifestation unitaire du 23 septembre. Je vous invite également à signer la pétition en ligne lancée par la CGT et qui a déjà recueilli plus de 84 000 signatures
(cliquez ici).

Plus que jamais, un débat politique contradictoire sur le sujet est nécessaire : les Français ne peuvent être mis devant le fait accompli, sans que tous les scénarios de modernisation de la Poste n’aient fait l’objet d’une évaluation sérieuse.

La double logique de privatisation et de libéralisation est dangereuse : sans garde-fous, actionnaires et concurrents imposeront une pression croissante sur les coûts et sur les activités jugées les moins rentables, avec à la clé licenciements, baisses de salaires et fermetures de bureaux et de guichets. Cela n’est pas acceptable !

Je déplore qu’à ce jour le gouvernement n’ait apporté aucune garantie crédible ni sur le financement ni sur le périmètre des obligations de service public postal. Prix unique de l’affranchissement ; distribution du courrier six jours sur sept ; accessibilité des guichets de la Banque postale et maillage dense de bureaux de poste. Pour que vivent nos territoires, le service public postal ne doit pas mourir.

J’appelle l’État à jouer son rôle d’actionnaire responsable et lui demande de compenser l’intégralité des charges de service public imposées à son opérateur. En l’absence d’engagement de l’État, la mise à mort programmée du monopole de la Poste sera un désastre social et économique. Il est encore temps de l’éviter.

Ségolène Royal

Source : Désirs d'avenir
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article