Désirs d'avenir 86000 Poitiers - Arnaud Fage

Publié le par Arno

Continuons à nous rassembler


"Nous approchons de la fin de l'année, une nouvelle page va s'ouvrir avec le 1er janvier prochain.

Il faut continuer

Il faut continuer et je continue avec vous. Et puis, il y a eu des éléments tout de même très positifs dans ce Congrès : d'abord, la constitution d'une belle équipe.

La constitution d'une belle équipe

Cette belle équipe, elle est restée unie, très unie : pendant le Congrès, et après le Congrès. Je voudrais vous dire que nous continuons à travailler, nous rencontrer, tous les Mardis. Nous nous retrouvons très régulièrement, nous correspondons bien évidemment... Et puis cette équipe unie a aussi décidé de continuer.

Agir au sein du Parti socialiste

A l'intérieur du Parti socialiste, dans la structure qui s'est mise en mouvement avec le rassemblement des parlementaires que Jean-Louis Bianco anime à l'Assemblée, des sénateurs, qu'anime François Rebsamen au Sénat, de l'ensemble des élus de terrain, des premiers fédéraux, qui sont là, des secrétaires de section, des militants, tous ceux qui ont soutenu notre motion... et qui ont voté pour moi. Je leur demande de faire ce que nous aurions fait si nous étions aux responsabilités : c'est-à-dire des sections ouvertes, des sections où l'on débat, des sections où l'on attire des adhérents, un Parti socialiste qui s'inspire des meilleures pratiques de nos élus, quelqu'ils soient d'ailleurs, quelque soit la motion pour laquelle ils ont voté... et donc en mettant en mouvement dans nos fédérations et dans nos sections le Parti dont nous rêvions.

Je crois que c'est très important : je sais que malgré tout... parce que je vois bien ce qu'il se passe, que lors des Congrès Fédéraux on ne vous a pas épargnés. Je le sais.

Nous devons être vigilants, les uns, les autres, et nous faire respecter... au sein des fédérations et en même temps apporter notre capacité de créativité à ce que le Parti socialiste construit. Nous ne sommes pas là pour gêner l'actuelle Direction. Nous avons été laissés derrière la porte... mais nous sommes chez nous, dans notre maison commune, au Parti socialiste.

Nous devons prendre, sur le terrain, toute notre place, et bien évidemment il y a Désirs d'Avenir.


Faire monter en puissance Désirs d'Avenir

J'entends monter en puissance : l'organisation, la créativité, l'action et la réflexion... avec Désirs d'Avenir. Venez nombreux, adhérez et faites adhérer. Venez nombreux à Désirs d'Avenir. Pouquoi ? Parce que tout d'abord nous allons continuer à mettre sur le site les meilleures contributions des experts, des économistes, des intellectuels, des sociologues, ... que nous rencontrons parce que je souhaite que toute cette matière grise soit mise à la disposition du plus grand nombre à travers tous les territoires. Notamment toutes celles et ceux qui n'ont pas la possibilité de sortir de chez eux, de se rendre à l'université la plus proche.

 
Un réseau d'éducation populaire

Mais c'est vous tous qui allez nous aider à créer ce réseau d'éducation populaire. C'est à vous de nous donner des participations, des contributions, des réflexions, des universitaires qui sont en proximité, de vos fédérations, de vos sections des éléments à propos desquels vous pouvez intervenir, des lectures auxquelles vous avez accès et qui vous ont particulièrement frappées, et c'est cette mise en commun de la matière grise que nous voulons faire monter en puissance, elle existe déjà.

Depuis la création de Désirs d'Avenir, nous avons fait ces forums... mais nous allons leur donner une dimension supplémentaire. Ensuite nous allons restructurer le site Désirs d'Avenir, là aussi pour lui donner plus d'ampleur, et d'impact. Là aussi, j'ai besoin de vos contributions.

 
Développer Cités d'Avenir

Et puis il y a Cités d'Avenir. Cités d'Avenir, c'est 200 associations qui sont fédérées dans les banlieues, qui sont animées par Kamel et Brahim, et là aussi nous avons fait une réunion de travail, nous avons quelques idées et notamment pour diffuser dans les quartiers populaires ce que j'ai réalisé dans la Région Poitou-Charents, c'est à dire des Bourses tremplins Désirs d'entreprendre, donc du micro-crédit avec des parrainages de chefs d'entreprise expérimentés qui pourraient aider les jeunes à créer leur activité.

 
Soutenir les mouvements sociaux

J'ai rencontré hier des lycéens, bien sûr, j'ai échangé avec eux, vous verrez le compte-rendu et la synthèse, ou des extraitsde cette réunion de travail avec les lycéens, sur le site. Moi j'ai été frappée par leur sérieux, par leur envie de travailler, quand je vois Nicolas Sarkozy dire que c'est la Gauche qui met la pagaille, je crois qu'il est, avec son Gouvernement, responsable aujourd'hui de la pagaille dans les lycées. Et en écoutant les lycéens, notamment l'analyse très pointue qu'ils font du sens de la réforme, pourquoi supprimer, par exemple, l'apprentissage de l'économie... comme s'il fallait empêcher les jeunes de réfléchir, et ne faire plus que de la gestion... pourquoi réduire à la portion congrue toutes les sciences humaines, tel que l'envisageait Monsieur Darcos ?

Les lycéens ont été parfaitement conscients du fait que le lycée est là aussi pour former des citoyens, pour l'apprentissage de leurs libertés, leurs capacités de jugement... Que leur révolte est aussi une revendication de respect.

De la même façon, si vous avez à proximité de chez vous des salariés, des ouvriers, qui se battent dans l'indifférence générale, contre la fermeture de leurs usines, parce qu'il y a des effets de la crise qui sont sous les projecteurs... et puis d'autres endroits où l'on souffre et où l'on meurt en silence ! Je veux que les militants de Désirs d'Avenir soient aux côtés de ceux qui souffrent, et qui disparaissent en silence. Qu'ils puissent avoir accès à ce média qu'est Désirs d'Avenir. Filmez les, recueillez leurs témoignages, faites les porter sur le site Désirs d'Avenir et nous allons créer des réseaux de solidarité pour que partout où l'on souffre, sur le territoire national, on ne soit pas oublié(e)s. Cela nous conduira à faire ce que déjà font certaines équipes Désirs d'Avenir : des actions de solidarité, de proximité.

 
Donner à chacun la possibilité de croire en un avenir meilleur

N'oublions jamais ce que nous sommes, Désirs d'Avenir, cela veut dire que nous avons l'ambition et d'ailleurs c'est l'essence même de la politique, de donner à chacun la possibilité d'évoluer, de créer, de construire, et de croire en un avenir meilleur. Non seulement pour lui-même, mais aussi pour ceux qui l'entourent.

Donc, à très bientôt !

Voir la vidéo sur le lien ci-dessous

http://www.desirsdavenir.org/segolene-royal/les-actualites/continuons-a-nous-rassembler/21-12-2008

Source : Désirs d'avenir

Communiqué de Jean Pierre Mignard et Jean Louis Bianco

« Les écrits de Benoit Hamon sur « la rage » supposée des partisans de Ségolène Royal et « la division qu'ils ont dans le sang » sont insolites dans la bouche ou sous la plume  d'un porte parole du PS.

Chacun se souvient que lors du Congres de Reims notre motion arrivée en tête a été marginalisée, contrairement à l'usage politique. Nous nous sommes pourtant inclinés au nom de l'unité.

Lors de l'élection au premier secrétariat le départage s'est fait au profit de la majorité du conseil national, dans l'évitement du vote indéchiffrable  des militants. Nous nous sommes encore inclinés, toujours au nom de l'unité.

Nous participons au bureau national et, comme jamais, à toutes les instances fédérales du parti.


Que faut-il faire de plus pour être unitaires aux yeux du porte parole? Se taire ou disparaître ? Elégante alternative.

Alors soit Benoit Hamon n'est pas informé de notre grande patience. Soit il veut l'éprouver plus encore en soufflant sur les braises.  Soit il souhaite que le parti change insidieusement de nature et goute aux charmes d'une internationale à laquelle il n'a jamais appartenu. Soit Benoit Hamon utilise enfin le classique procédé du repoussoir en guise d'une unité qui se chercherait au sein de la direction.

Nombre de responsables du PS, de toutes sensibilités,  ne se retrouveront pas dans cette stratégie de la tension à laquelle nous répondons par une demande toujours plus forte de rassemblement alors que les effets de la crise économique mondiale s'annoncent sans précédent ».

Jean Louis Bianco député Ps membre du Conseil national, Jean Pierre Mignard membre du Conseil national.

Source : Désirs d'avenir

Commenter cet article