Ségo rencontre l'intersyndicale d'Airbus

Publié le par Arnaud

Ségolène Royal se saisit du dossier Airbus


Selon la présidente du Poitou-Charentes, en campagne depuis jeudi dans le Sud-Ouest, terre natale d'Airbus, les régions pourraient, "comme l'ont fait les länder allemands", aller "jusqu'à une entrée dans le capital d'Airbus.

Elle a annoncé la création d'"un groupe stratégique" chargé d'examiner "des alternatives industrielles" au plan Power 8.


Selon Ségolène Royal , "l'actuel gouvernement est responsable de ce désastre". "Il n'y a qu'en France qu'on voit ça. Il y a de quoi se mettre en colère, les choses ont été laissées à vau-l'eau", s'est-elle indignée devant la  presse.

"On est dans un système sur lequel il faut que toute la lumière soit faite: comment se fait-il qu'une entreprise qui a des commandes pour cinq à six ans soit obligée de procéder à des annonces très traumatisantes", s'est demandée Ségolène Royal. 

La candidate socialiste à l'élection présidentielle a annoncé la création par les huit régions concernées par l'aéronautique (toutes PS), et "avec l'intersyndicale" d'Airbus, d'"un groupe stratégique" chargé d'examiner "des alternatives industrielles" au plan de restructuration Power8 de  l'avionneur.

"Il faut organiser la riposte, dans l'intérêt même de l'entreprise. Les régions ont décidé de servir de contre-pouvoir mais dans un sens positif",  a-t-elle commenté.

L'initiative des régions, a ajouté Ségolène Royal, est à la fois "une façon de dénoncer l'inertie gouvernementale" et d'"obliger le gouvernement à se positionner".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article