titre automatique

Publié le par Arnaud

Banlieues : "Le feu couve sous la cendre"

La candidate du Parti socialiste Ségolène Royal a estimé dimanche 1er avril que "le feu couve sous la cendre" dans les banlieues et "qu'à la moindre étincelle cela peut repartir".

Invitée de Grand Rendez-vous Europe-1/TV5Monde/Le Parisien/Aujourd'hui en France, la candidate socialiste a par ailleurs dit avoir mis "un coup d'arrêt à une dérive verbale" de Nicolas Sarkozy.

La veille, elle avait accusé le candidat UMP d'avoir "frappé en dessous de la ceinture" en ironisant au cours d'un meeting à Nice sur l'ordre juste qu'elle prône et en dénonçant la "faillite morale d'une certaine gauche".

"Je ne m'en suis pas pris à Nicolas Sarkozy", a-t-elle expliqué. "J'ai simplement mis un coup d'arrêt à une dérive verbale du candidat". "L'élection présidentielle mérite mieux que cela". Et de marteler: "C'est un grave dérapage verbal". Quand "un candidat à l'élection présidentielle se permet d'insulter ou de déformer à ce point les propos de son adversaire, ça veut dire qu'il se met facilement en colère".

"Pour exercer la plus faute fonction de l'Etat, il faut savoir se maîtriser!", a lancé la socialiste à son adversaire. "Il faut garder son sang froid!". "Je veux être la présidente d'une République qui rétablira la confiance entre les citoyens et qui cessera de dresser les gens les uns contre les autres", a conclu Ségolène Royal.

La candidate a commenté le sondage IFOP publié par le Journal du Dimanche, selon lequel 45% des Français juge que l'insécurité en France s'est aggravée au cours des cinq dernières années.

 Les Français "ont bien vu que depuis une année, il ne s'est rien passé par rapport aux émeutes et que les émeutes vont repartir", a poursuivi la prétendante à l'Elysée. "Les Français le disent, c'est quand même très inquiétant".

Elle a d'ailleurs jugé qu'ils "ont raison puisque rien n'est réglé. Qu'est ce que cela veut dire? Ça veut dire que le feu couve sous la cendre et qu'à la moindre étincelle cela peut repartir, donc il y a un chantier majeur à prendre à bras le corps".

"Cela peut se produire à tout moment", a martelé la candidate car: "il y a un tel délaissement, un tel recul des services publics, une telle inertie dans ces quartiers. Les maires des banlieues qui sont en première ligne expriment, parce qu'ils sentent l'ambiance qu'il y a dans ces quartiers, leurs inquiétudes".

Pour lutter contre cette insécurité, Ségolène Royal a proposé de donner "les moyens à l'école", d'instaurer un "encadrement scolaire", et de remettre "une police de quartier".


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article