Désirs d'avenir 86000 - Arnaud Fage

Publié le par Arnaud Fage

Jean-Pierre Mignard, Président de Désirs d'Avenir, sur France Info

005-copie-10.jpgRaphaelle DUCHEMIN

Bonjour Jean Pierre MIGNARD.

Jean Pierre MIGNARD

Bonjour.

Raphaelle DUCHEMIN

Président de Désir d'avenir. Si vous êtes avec nous, c'est pour parler notamment du livre de Ségolène ROYAL. Il sort aujourd'hui ce livre. C'est quoi, c'est la phase un de la reconquête ?

Jean Pierre MIGNARD

C'est à la fois le bilan qu'elle dresse de sa campagne, c'est-à-dire de ce qui a marché, de ce qui n'a pas marché. Elle le fait avec je pense aussi beaucoup d'humour et puis de gravité. La reconquête oui, c'est en tous cas un acte politique évident de la part de cette femme qui est très présente dans la vie publique et qui, je crois, affirme avec honnêteté son intention d'y rester.

Raphaelle DUCHEMIN

On l'a beaucoup vue sur la scène internationale depuis les élections, notamment en Argentine, en Italie. On l'a moins vue en France. Est-ce que c'est peut-être le premier pas vers 2012 avec la sortie de ce livre ?

Jean Pierre MIGNARD

Oui c'est exact qu'elle a été beaucoup invitée, que ce soit en Amérique du Sud, que ce soit en Europe. Je l'ai accompagnée une ou deux fois. D'ailleurs je me suis rendu compte de la notoriété, de la sympathie qu'elle rencontrait à l'extérieur. Et notamment auprès de beaucoup de dirigeants ou d'anciens dirigeants. Donc ça c'est tout à fait important. Et en effet ce livre marque la volonté de dire aux Français, voilà ce que j'ai envie de faire avec vous, voilà mon histoire avec vous parce que c'est sa plus belle histoire, c'est les Français.

Raphaelle DUCHEMIN

Alors justement ça s'appelle « Ma plus belle histoire c'est vous », est-ce qu'on va pas la taxer encore de démagogie ?

Jean Pierre MIGNARD

Non je crois que ce n'est pas, je pense qu'un dirigeant politique ou une dirigeante politique dans une démocratie, s'adresse à son peuple en disant ma plus belle histoire c'est vous, écoutez je trouve que c'est plutôt bien, c'est plutôt, après tout mettre du cœur et mettre de l'émotion dans une relation politique avec ses concitoyens, je pense que personne ne peut y voir là maldonne.

Raphaelle DUCHEMIN

Elle y règle quand même quelques comptes, notamment avec les éléphants du PS. Pourtant depuis, elle a retissé un petit peu les liens avec certains de ses amis ou de ses ex amis. Je pense par exemple à Jean Pierre JOUYET.

Jean Pierre MIGNARD

Oui c'est exact. Je pense qu'elle n'a pas été considérée par un certain nombre de dirigeants historiques du Parti socialiste comme elle aurait du l'être. Peut-être parce que les gens se sont aussi habitués, je dirais, à des castings
 

où on est programmé, on est des prototypes et qu'elle ne figurait pas parmi ceux-la. Je pense que ce qui est important surtout c'est l'avenir du Parti socialiste, c'est l'avenir de la gauche, c'est l'avenir de l'opposition dans notre démocratie. Je pense qu'elle a quand même, il y a toute une série de petits cailloux de Ségolène ROYAL pendant cette campagne. Je veux dire, on voit bien aujourd'hui qu'elle peut, peut-être, être en effet cette dirigeante qui à la fois transformera, aidera à transformer le Parti socialiste, de toutes façons ce sera un travail collectif, qui demandera l'adhésion de tous. Et puis qui à la fois s'adresse aux alter mondialistes, s'adresse à l'extrême gauche, s'adresse au Centre pour effectivement créer une grande coalition qui pourra un jour être victorieuse en France.

Raphaelle DUCHEMIN

Mais alors elle parle de dépassement. Elle était, hier soir, invitée par LE MONDE. Il y avait un colloque qui se tenait sur « Comment sortir la gauche de l'impasse ». Son ambition c'est justement aujourd'hui d'arriver à ramener le Centre et la gauche dans une même grande formation ? C'est encore possible ? C'était son but d'ailleurs pendant la campagne avec cet appel du pied à François BAYROU.

Jean Pierre MIGNARD

Oui d'une certaine manière c'est vrai. Et c'était double d'ailleurs. C'était un appel du pied à François BAYROU et puis c'était…

Raphaelle DUCHEMIN

Plus qu'un appel du pied même puisqu'elle avait proposé Matignon aussi.

Jean Pierre MIGNARD

Plus qu'un appel. C'est exact, d'ailleurs elle l'assume, ça c'est bien. Et deuxièmement c'était une mission proposée à José BOVE. Donc c'est prendre en considération que François MITTERRAND avait reconstruit la gauche, notamment avec la création du Parti socialiste, le congrès d'Epinay. C'est de prendre acte qu'un cycle politique et historique s'est achevé et c'est elle qui propose effectivement, à terme, une grande coalition comme d'ailleurs il en existe dans beaucoup de pays d'Europe où il est très rare que la gauche gouverne seule. Elle gouverne souvent avec des coalitions.

Raphaelle DUCHEMIN

Est-ce que c'est ça ou est-ce que c'est aussi, de nouveau, jeter de l'huile sur le feu, ou semer la zizanie dans un parti qui a du mal à, justement, se refonder aujourd'hui ?

Jean Pierre MIGNARD

Non et je pense que le Parti socialiste, elle aidera le Parti socialiste à se remettre en mouvement. Pour l'instant il est assez immobile. Ce n'est pas qu'il ne dit rien, ce n'est pas qu'il ne travaille pas, c'est injuste de dire ça mais en tous cas, elle va le remettre en mouvement. Et puis c'est très bien qu'il y ait cette discussion à l'intérieur du Parti socialiste. Avec qui prétendons-nous gouverner la France ? Comment ? Sur quel projet ? Et ceci devant tous les citoyens réunis, c'est un bel exercice démocratique. Moi je suis convaincu que le Parti socialiste sera d'autant plus fort qu'il sera constamment en mouvement. Quand il est immobile, quand il est statique, il est menacé, il est faible. Alors elle le remet en mouvement.

Raphaelle DUCHEMIN

Jean Pierre MIGNARD, vous êtes président désormais de Désir d'avenir. On a vu que la grogne montait quand même chez certains militants de Désir d'avenir. Il y a peut-être un peu moins de désir pour Ségolène ROYAL. Certains disent aujourd'hui, on est en train de tourner à l'idolâtrie.

Jean Pierre MIGNARD

Non je crois, justement je pense que le livre comme les perspectives qu'elle ouvre, je ne sais pas si il y a une idolâtrie, mais en tous cas le débat il est vraiment très politique parce que savoir quel type de nouveau parti nous faisons, comment les citoyens sont associés par exemple, est-ce que le futur candidat de la gauche ou de cette grande coalition à l'élection présidentielle, est-ce qu'il sera simplement désigné par un parti ou est-ce que comme
 

en Italie ou aux Etats-Unis, il sera désigné par tous les électeurs qui se reconnaissent dans ce parti ? Est-ce que des millions de gens vont être associés à la désignation d'un candidat ? Voilà le type de débat que nous avons. Est-ce qu'on participe à une grande coalition qui va des alter mondialistes où il y a le Centre et bien sûr le Parti socialiste en force centrale ? Vous savez là on est rentré vraiment dans la politique et dans ce qu'elle a de plus juste et de plus noble.

Raphaelle DUCHEMIN

Dernière question
Jean Pierre MIGNARD, vous êtes aussi l'avocat des familles des victimes de Villiers le Bel. Aujourd'hui l'apaisement est revenu véritablement, depuis l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire ?

Jean Pierre MIGNARD

Oui je crois. Je crois que l'apaisement est revenu et je pense que la première leçon, je ne vais pas commenter l'information judiciaire puisqu'elle ne fait que commencer. Je regrette d'ailleurs que le directeur général de la Police nationale ait rendu sa décision avant même que l'information ait commencé. Je pense que ce n'est pas la bonne méthode mais je pense que nous avons demandé une information judiciaire. Le président de la République au bout de trois jours, s'est prononcé en faveur et j'ai dit tout de suite que c'était une décision juste. Je vais vous faire une toute petite confidence. Je crois que dans les quartiers comme il y a un long contentieux entre les jeunes, entre la police et sur ce point je ne vais pas, on n'a pas le temps de dire qui a tort, qui a raison, il faut systématiquement choisir la voie de la justice maximale. C'est-à-dire systématiquement désigner des juges d'instruction pour tordre le cou à la rumeur. Les jeunes ont besoin de justice, les policiers ont besoin de sécurité. Choisissons toujours la voie de la justice maximale.

Raphaelle DUCHEMIN

Et vous pensez, ce sera le mot de la fin, que quel que soit l'aboutissement de cette enquête, cette situation de calme sera pérenne ?

Jean Pierre MIGNARD

Oui. Je vais vous dire d'abord parce que les familles ont accès au dossier et puis je vais vous dire, on sera d'une grande honnêteté. Si nous percevons quelques déloyautés que ce soit dans la conduite de l'information judiciaire, nous le dirons. Et si cette information judiciaire se termine en constatant, je veux dire, la non responsabilité notamment des policiers, nous serons les premiers à la dire. C'est ça la loyauté, c'est ça le calme dans les quartiers et la justice.

Raphaelle DUCHEMIN

Jean Pierre MIGNARD, avocat des familles des victimes à Villiers le Bel et président de Désir d'avenir était en direct avec nous ce matin, sur FRANCE INFO.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article