Désirs d'avenir 86000 - Arnaud Fage

Publié le par Arnaud Fage

Ce que Nicolas Sarkozy vient d'annoncer sur le Livret A
Dans « Maintenant », je mettais déjà en garde ….

003-copie-17.jpg
Extrait :

« Il faut défendre ce système remarquable qui a permis de financer 4,5 millions de logements sociaux et ouvre à 45 millions de Français l’accès à une épargne populaire. Les Caisses d’Epargne avec le Livret A et la Banque Postale avec le Livret Bleu ont le monopole de cette collecte dont le produit – 125 milliards d’euros – est centralisé à la Caisse des Dépôts qui s’en sert pour financer la construction des HLM. La plupart des épargnants ne roule pas sur l’or : un Livret A sur trois a un encours inférieur à 75 euros.

Le Livret A, c’est aussi
un rempart contre l’exclusion bancaire : beaucoup de RMIstes s’en servent pour des opérations bancaires de base car les retraits, les depôts et les chèques sont gratuits. Tout cela entre dans le cadre des missions de service public des Caisses d’Epargne et de la Banque Postale.

Mais les autres banques guignent le pactole et veulent, elles aussi, pouvoir placer des Livrets A car c’est un bon produit d’appel qui leur permettrait de recycler l’épargne vers des produits financiers classiques. Elles ont donc saisi Bruxelles et la Commission européenne a ouvert contre la France une procédure d’infraction pour distorsion de la concurrence.

Or quels sont les risques d’une banalisation du placement des Livrets A, c'est-à-dire d’une
libéralisation totale du marché de l’épargne ? La fragilisation des petits épargnants, ceux dont les comptes seraient estimés non rentables.


Et l’assèchement du financement des logements sociaux alors même que le pays doit en construire davantage.

L’attaque contre le Livret A est un cas d’école de l’intégrisme de marché opposé à l’intérêt général.

Le rôle de la puissance publique, c’est de défendre ce qui marche contre les attaques d’un secteur bancaire tellement à l’affût de tout ce qui rapporte qu’il fait payer au prix fort la moindre de ses opérations courantes. Les banques qui réclament la fin de cette épargne réglementée, qui a pourtant fait ses preuves, se drapent dans l’idéologie de la concurrence « libre et non faussée » mais ne répugnent pas, si l’on en croit les associations de consommateurs, aux
ententes tarifaires… ».

Des liens à voir

Chers Amis,

Je vous invite à visiter ces liens. Ces deux articles reflètent bien la situation actuelle de notre pays et je voulais vous les faire partager.

Nouvel Obs:
La vérité sur la Hausse des Prix

L'Express:
Ashraf al-Hajouj: "Kadhafi est un criminel"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article