titre automatique

Publié le par Arnaud

Royal sous le signe de la VIème République


Ségolène Royal a présenté dimanche à Paris sa réforme des institutions comme l?acte de naissance d'une VIe République, un terme qu'elle utilisait pour la première fois de façon aussi explicite.
 
Dans un discours prononcé devant quelque 4.000 élus, elle a promis « une république nouvelle, dont vous (les élus) êtes les acteurs à l'avant-garde ». Et de dresser le portrait de sa « VIème République » : un régime « ancré sur ses traditions et en même temps tourné vers le futur ». Le tout adoubé par un « référendum refondateur ».
 
Concoctée par les présidents de groupe des deux assemblées, Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Bel, sa réforme repose sur « quatre piliers » : une « démocratie parlementaire revivifiée » fondée sur la fin du cumul des mandats; une « modernisation du dialogue social » ; la garantie des « solidarités de base » et du « maintien des services publics » ; et enfin « la démocratie territoriale ».
 
François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Jean-Marc Ayrault, Bertrand Delanoë, Pierre Mauroy et Martin Aubry l?ont alors rejoint à la tribune, tous arborant une cocarde tricolore au revers de la veste. Et comme pour appuyer ce projet de VIème République, la candidate a pour la première fois entonné la Marseillaise en meeting
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article