titre automatique

Publié le par Arnaud

Mme Royal sur LCI

"Aller rafler des parents sous les yeux de leurs enfants, devant les écoles, ça ne fait pas honneur à la France. Ce ne sera pas ma façon de faire". Accusée par l'UMP "d'irresponsabilité" en matière d'immigration, Ségolène Royal, qui était mardi matin l'invitée de Christophe Barbier, a dénoncé de nouveau sur LCI les arrestations de parents sans-papiers d'enfants scolarisés. En infléchissant toutefois quelque peu son discours. Contrairement à ce week-end, elle a évoqué des "critères objectifs" pour leur régularisation. "Il faudra aussi bien sûr du cas par cas", a-t-elle ajouté. "Mais surtout, a-t-elle souligné, les enfants qui sont scolarisés depuis plusieurs années dans l'école de la République devront être tranquilles pour réussir leurs études".

Sur le plateau de LCI, la candidate socialiste s'est par par ailleurs exprimée sur la question de l'emploi  : elle a dit vouloir "rétablir les emplois jeunes dans les écoles", car leur "suppression par la droite a entraîné une dégradation grave du système scolaire". Elle a également proposé de faire prendre en charge par les régions, pendant six mois, le recrutement de jeunes diplômés pour leur permettre de "faire leurs preuves" dans des entreprises.

Ségolène Royal a expliqué que les entreprises, en particulier les PME, souhaitent être aidées notamment pour "investir sur le développement durable et pour le recrutement des jeunes qualifiés et des jeunes diplômés". Affirmant son souhait de faire "du donnant-donnant", elle s'est engagée à "alléger la totalité des salaires et des charges sociales sur les jeunes diplômés qui ont du mal à accéder à leur premier emploi".

"Les pouvoirs publics - ce sont les régions qui auront cette responsabilité - recruteront et paieront pendant six mois les jeunes qualifiés diplômés. Les entreprises pourront ainsi leur donner leur chance de leur premier emploi", a-t-elle expliqué. Ainsi, juge la candidate PS, "les jeunes auront l'occasion de faire leurs preuves" et "dans la plupart des cas, les entreprises transformeront ce premier emploi en contrat de travail".



Commenter cet article